Lyon, ville-test pour la radio numérique

Pendant neuf mois, les Lyonnais pourront écouter la RNT (Radio Numérique Terrestre). Un test important pour l’avenir du numérique dans la radio.

radio

Lyon, ville-cobaye. Neuf mois durant, le CSA va mettre en place chez les Gones un test grandeur nature qui pourrait s’avérer important quant au futur de la Radio Numérique Terrestre en France. En fin de test, VDL, opérateur lyonnais de diffusion présidé par Yannick André-Masse, adressera son bilan à la haute autorité audiovisuelle. Qui décidera de la suite.

Mais qui, en attendant, voit la RNT d’un œil bienveillant : « meilleur confort d’écoute », « association possible de données », « accès à davantage de stations » (source : AFP) sont autant d’arguments donnés par Patrice Gélinet, membre du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel, venu exprès dans le 69 en compagnie de son collègue Rachid Arhab.

 

2. La mort des radios associatives ?

Si la situation est bloquée depuis la loi de 2007 sur la modernisation de la diffusion audiovisuelle, l’expérience lyonnaise pourrait faire accélérer les choses. En positif ou pas, chacun son point de vue. Car si la qualité de son et l’interactivité paraissent être d’indéniables atouts, quid du devenir des « petites » radios?

Les grosses radios, elles, le veulent ce passage au numérique, et le font savoir haut et fort. Normal, elles peuvent se permettre de le payer. Mais le passage au tout numérique n’entraînerait-il pas irrémédiablement la mort des radios associatives ? Coût du multiplexage oblige.

 

3. 15 stations concernées

D’ailleurs, en parlant de coût, il faut savoir que les habitants de Lyon, s’ils veulent écouter la radio en numérique comme proposé, devront s’acquitter de l’achat d’un poste spécifique, adapté, permettant d’écouter les ondes FM, AM, et les programmes numériques. 40 euros l’unité, pas donné non plus…

Bref, on en saura plus début 2012 à l’issue de cette opération financée, à hauteur de 400 000 euros, par VDL et les quinze stations concernées. Sur ces quinze, huit ne sont pas écoutables en FM actuellement. Alors que, par ailleurs, huit radios commerciales sont diffusées en numérique par TSF. Création d’un site internet, élaboration de spots radios, et opérations d’information (les 25/06/2011 et 09/07/2011) alimenteront ces neuf mois. La suite ? Mystère, pour l’instant.

Post author

Journaliste de formation, j’occupe actuellement la fonction de rédacteur au sein du réseau des sites Internet de services aux entreprises du groupe Libbre.
Je peux justifier d’une expérience de six ans dans la presse quotidienne angevine au sein de trois quotidiens : la Nouvelle République, Ouest-France puis le journal majoritaire en Maine-et-Loire : le Courrier de l’Ouest (2007-2009).

Laisser une réponse